Madagascar: Rajaonarimampianina ne soutiendra personne

Madagascar: Rajaonarimampianina ne soutiendra personne

Arrivé en troisième position au premier tour de l’élection présidentielle avec moins de 9% des voix, la réaction du candidat HVM éliminé de la course à sa succession était fortement attendue. Hier soir, à 19h30, dans une allocution pré-enregistrée de huit minutes, il s’est exprimé sur deux chaînes privées de télévision. Il a annoncé ne soutenir personne au second tour, faisant ainsi taire les rumeurs qui courraient depuis deux semaines sur un possible ralliement au candidat Ravalomanana.

C’est de son salon, en costume gris sans cravate, regard face caméra, que Hery Rajaonarimampianina s’est exprimé pour la première fois depuis l’annonce officielle des résultats mercredi. « Nombreux sont les défis que j’ai lancés pour sauver Madagascar. Certains ont été relevés, d’autres sont en cours de réalisation. Pour d’autres encore, il y a eu des défaillances, pour diverses raisons. Personne n’est pas parfait, j’ai commis des erreurs. Et je m’excuse sincèrement si je vous ai blessés », a-t-il déclarés.

Un bilan qu’il estime positif, donc, et un mea culpa. Puis vient le moment que tous attendaient. Celui des consignes de vote. Et comme un énième pied de nez lancé à ses adversaires, Hery Rajaonarimampianina n’en donnera pas : « Mes chers compatriotes, je me suis considéré comme le père du peuple malgache durant mon mandat. Et je continuerai d’agir de la sorte. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de ne soutenir aucun des deux candidats pour le second tour. […] J’exhorte tous les citoyens à protéger leurs choix. Que Dieu vous bénisse ! »

Côté Ravalomanana, « on s’attendait à cette réaction », assure-t-on. Serge Zafimahova, conseiller du candidat numéro 25, affirme qu’il s’agit de la voix d’un seul homme. « Mais sur le terrain, poursuit-il, toute sa base est en train de rallier Ravalomanana. 80% des maires, sénateurs ou conseillers municipaux HVM nous ont déjà assuré de leur soutien. »

A trois jours du début de la campagne du second tour, les tractations pour les reports de votes sont plus que jamais au coeur des stratégies des deux prétendants au poste de la magistrature suprême.

Laisser un commentaire

Fermer le menu